Randonnée Var Provence Alpes

Accueil > Rando Var > Haut Var et pays du Verdon > Cascades et prés de Saint Maurin

Cascades et prés de Saint Maurin

vendredi 25 septembre 2015

Rive droite, à l’entrée des gorges en venant du lac de Sainte Croix, une maison cantonière borde la chaussée. Elle domine une succession de prés étagés descendant vers le Verdon. Seul le premier pré est visible de la route.

Au dessus de la maison cantonière, une petite cascade ruisselle sur un tuf en choux fleur... Il cache en amont une nouvelle succession de cascades et de prés disposés jusqu’au pied de la falaise.

Ce site a été occupé très tôt par l’homme. Le tuf, roche tendre due à la précipatation sur les mousses et fougères du carbonate de calcium présent dans l’eau, a été creusé. Les hommes ont construit, dans les marches de ce gigantesque escalier, habitations, abris, passages...

Le site est protégé. Le tuf est une roche tendre qui sous le poids se brise facilement...
La prudence est donc de mise, pour votre sécurité et pour la préservation du lieu.

Echappées sur le Verdon

Dénivellation : 120 m Durée : 2h 00

Passer le pont du Galetas, puis, avant d’atteindre Moustiers, prendre la D 952 qui conduit à La Pallud. S’arrêter à la Maison cantonière.
Stationnement : Juste à coté de la maison ou, 50 m avant, dans une excavation creusée dans la paroi.

Lieu de départ : Maison cantonière

GIF Voir la carte IGN

Face à la maison cantonière, à la droite d’une cascade de tuf qui borde la route, prendre le sentier montant qui part vers la droite. Il rejoint une première, puis une deuxième plateforme. Celle ci est située à l’amont de la cascade initiale. Ce niveau est occupé par une plantation de noyers. Un panneau indique les risques encourus à marcher sur le tuf friable, informe du classement du site et invite à contacter la mairie de La Palud pour recourir à l’accompagnement d’un guide.

Traverser le cours d’eau et poursuivre sur la berge opposée. Le sentier conduit aux premiers troglodytes. Dans le tuf plusieurs passages ont été creusés afin d’assurer l’accessibilité au niveau supérieur. Ne pas emprunter le passage situé à l’aplomb du troglodyte principal.

Mais emprunter à l’est - vers les cascades - ou à l’ouest vers le torrent - un autre accès. L’étage supérieur abrite un vaste pré colonisé par des pins et une foultitude d’espèces végétales.

Les résurgences naissent là, au pied de la falaise. Les ruisseaux différent : moussus par endroit, ou blanchis par la précipitation du carbonate. Des vasques et des cascatelles aux couleurs irréelles se cachent dans ce microcosme.

De là, la vue embrasse la Voie d’eau du Verdon et, dépassant le verrou du Pont de Galetas, s’échappe sur le plan d’eau de Sainte Croix. De là, un sentier balisé en jaune conduit au sentier du col de l’Ane. De là, un sentier conduit aux Crêtes de l’Ourbès, au col de Plein Voir : compter 400 m de dénivelé.

Sous la maison cantonière un sentier descend vers la Voie d’eau. Il décline toute une succession de marches gigantesques, herbeuses, humides et parfumées. Les berges de la Voie d’eau, boueuses à ce niveau, doivent être remontées jusqu’au gué de Mayreste pour échapper à la zone de marnage du lac de Sainte Croix.


Cinq villages sentinelles et quelques vautours fauves ont, avec le parc régional du Verdon, la garde des gorges du Verdon.

"Rien n’est plus romantique que le mélange de ces rochers et de ces abîmes, de ces eaux vertes et de ces ombres pourpres, de ce ciel semblable à la mer homérique, et de ce vent qui parle avec la voix des dieux morts" écrit Giono.

Et il ajoute : "Ici, c’est plus que loin, c’est ailleurs...."

Portfolio

  • Cascades supérieures
  • Vasques émeraudes
  • La voie d'eau
  • Le chant de la pluie
  • Troglodyte sur plusieurs niveaux
  • Intérieur d'un troglodyte. Trace de plancher.
  • Sentier creusé dans le tuf
  • Les résurgences naissent de la falaise
  • Chuintement de couleurs
  • Vasques et cascatelles
  • Sous la maison cantonière
  • Echappée sur le lac de Sainte CRoix